Et si ma princesse était PD ?

Il était une fois dans un pays lointain, une immense tour abandonnée de tous. Entourée par une dense forêt remplie d’immondes créatures, personnes n’avaient encore osé s’y aventurer. Néanmoins, surplombant les cieux, la tour était si grande qu’on pouvait apercevoir, sans difficulté, son sommet transperçant l’horizon de toute sa majesté, des kilomètres à la ronde.

Dans les villages environnants. Une rumeur allait bon train. Certaines petites gens racontaient qu’une princesse endormie y était enfermée depuis des années. Retenue prisonnière par un féroce enchantement qui la maintenait endormie et à l’abri du temps. D’autres encore affirmaient que celui qui arriverait à la libérer deviendrait le détenteur d’un pouvoir encore insoupçonné. Bien entendu, la tâche ne serait pas aisée, car l’élu devrait alors pour sa part, prétendre d’un amour réel dépourvu de tout intérêt.

Pas besoin d’imaginer la suite

Bien entendu dans ce genre d’histoire, on s’attend toutes à voir arriver le beau prince sur son cheval blanc. Un cœur pur, sans aucune arrière pensées qu’apporter son aide au plus pauvre, semer la bonté à son prochain et voler au secours d’une demoiselle en détresse. Après tout l’intention n’est pas des plus mauvaises. On veut faire rêver le cœur des petites filles. Voir leurs yeux s’illuminer et leur montrer cette puissante magie qu’est l’Amour.

Dans mon cas, à 5 ans, à 7 ou encore à 10 ces histoires étaient d’un profond ennui ! Non pardon, j’adorais ces histoires, mais j’appréciais beaucoup plus regarder une nana telle que Kim Possible, espionne, ne se laissant pas marcher sur les pieds et distribuant de bonnes fessés aux méchants, que de me laisser bercer par les sourires et les chansons d’une princesse attendant désespérément son prince charmant.

N’en déplaise à toi qui, fervente admiratrice de ces contes. Je crois seulement que je n’arrivais pas à m’identifier à ces personnages et que je voyais plus en cela « une faiblesse ». Mais peut-être aussi que si j’avais vu une jolie demoiselle arriver sur ce fameux cheval blanc pour délivrer la princesse de l’emprise de la malédiction, je me serais laissé submerger par cette féerie.

On a peur de choquer nos enfants

À quand cette liberté de diffusion pour nos enfants ? Oui, je peux comprendre que cela peut faire peur. On a peur de les choquer, on a peur que leur cerveau et leur innocence puissent être meurtri.

Pourquoi j’en viens à ce point ? Simplement car des débats ont vu le jour sur la toile. Juste après la sortie du dessin animé de Disney : « La Reine des Neiges ». Certains y ont vu un signe venant des studios pour peut-être par la suite voir la première princesse gay sur grand écran. D’autres ont laissé juste entendre ce souhait. Seulement, bien entendu cela a fait débat. Un débat pour une potentielle grande première. Un débat concernant nos craintes, nos peurs concernant nos enfants.

Pour ma part, je me souviens d’une époque où voir une femme brandir l’épée et sauver la vie d’hommes, telle que Mulan, aurait fait peur à nos enfants. Je me souviens d’une époque où faire apparaître une personne de couleur noire en tant que personnage principal d’une histoire qui ne reste pas passive, telle que Tania dans « La Princesse et la Grenouille », aurait fait peur à nos enfants.

La controverse des âmes sensibles

En réalité, c’est assez ironique. Dans le cas présent, lorsqu’une personne me dit qu’elle est contre, que ce n’est pas correct, que c’est trop dangereux, que c’est trop choquant, la seule réponse que j’ai à lui apporter est la suivante : « Es-tu alarmé car tu n’as pas eu l’occasion de vivre cela lors de ton enfance ou bien penses-tu vraiment qu’un enfant pourrait être choqué en voyant Blanche-Neige secourue par une chevalière ? »

On a peur. On a peur. Encore et encore… On a peur d’une mise en marche vers l’égalité ! Qui devrait pourtant être normal. On a peur de dire à un gosse qu’il n’est pas seul, qu’il n’est pas bizarre ou bien que l’un de ses amis est normal et qu’il n’a pas besoin d’être choqué. On a peur d’un CHANGEMENT qui n’est qu’une crainte au travers de NOS PROPRES yeux. Car nous n’avons pas vécu directement l’expérience.

On a peur d’une mise en marche vers l’égalité !

Grimper l’Everest fait peur ! Et pourtant certains si emploi, sans chercher si cela est possible ou as été entrepris par le passé.

Mise en marche vers l’égalité

Nos enfants sont des âmes sans filtres, sans préjugés, sans arrière-pensées néfastes sur ce qu’ils voient. Ils définissent leur monde par le biais de leur entourage et pour eux voir deux homosexuels n’aura aucun impact sur la suite de leur évolution. Si ce n’est que cette image leur offrira une ouverture d’esprit, une compréhension sur le monde plus grande et le sentiment d’être normal si jamais tout comme moi à l’époque, ils ne ressentent une étrange attraction, qu’envers certaines personnes du même sexe que le sien. Si pour ta part deux filles se tenant la main dans la rue te font t’arrêter une demi-seconde, eux se contenteront de survoler du regard la scène pour aller s’arrêter sur un paquet de chocolat Kinder, harmonieusement présentés dans une vitrine de boulangerie.

Mais je suis confiante. Après tout, dans notre très chère France, ceux qui étaient esclaves autres fois, ne le sont pas restés. Celles qui ne pouvaient pas voter, peuvent crier, dès lors, l’indignation plus fort que leur conjoint. Et tout comme Mulan ou Tania, je suis sûr qu’arrivera un jour notre jolie guerrière sur son beau cheval blanc.

2+

Tu as aimé cet article ?


Partage-le afin qu'il puisse peut-être toucher une autre personne

Hey ! Je m'appelle Eva, j'ai 22 ans et suis originaire d'une petite ville en bourgogne. J'aime voyager et découvrir des cultures qui me sont inconnues afin d'alimenter la mienne ainsi que ma capacité d'analyse. À travers Life Like a Lesbian, je souhaiterai pouvoir faire passer des messages. M'exprimer et partager avec celles et ceux qui voudront bien écouter ou encore aider et renseigner celles et ceux qui souhaiteront s'informer. Je suis à une période de ma vie où le doute ne me ronge pas et où le regard d'autrui m'importe peu. Mes écris et vidéos se fondent sur ma vie, celles de mes ami(e)s et des nombreuses rencontres que j'ai pu croiser et continuerais à rencontrer tout au cours de mon chemin.