Lettre d’une pansexuelle homoromantique

Je m’appelle Fanny, je suis une jeune femme de 25 ans bien dans ses baskets. Je vous écris aujourd’hui pour vous parler de personnes qui ont fait ce que je suis aujourd’hui, qui m’ont permis d’être aussi bien justement. Dans mes souvenirs, enfant j’étais la petite fille « la vraie » celle qui rêve d’être coiffeuse et qui ne joue qu’a la poupée.

Je crois que je n’ai commencé à me poser des questions qu’au collège. En 5ème plus précisément, je me souviens de Stéphanie ma voisine en histoire, une petite brune aux yeux noisette et à la peau légèrement halée. Mon problème à cette période c’est que je ne me comprenais pas, j’étais franchement attirée par Stéphanie mais par des garçons aussi. Je me suis posée beaucoup de questions, franchement je connaissais les gays et les lesbiennes, mais moi j’aimais les deux genres. Alors pendent un moment j’ai cru que j’avais un problème, donc par extension aucune envie d’en parler. Tout ce que j’ai trouvé à faire c’est me raser le crane, mauvaise idée, une fille aux cheveux rasés, c’est la cible parfaite pour les cons. Mes années collèges sont passées avec toujours en fond ces questions : Je suis quoi ? J’ai quoi ?

Puis j’ai suivis le rêve de la petite fille et je suis rentrée en école de coiffure… Franchement mauvaise idée, mais bien sûr je n’ai rien vue sur le coup. J’étais trop différente pour ce milieu, trop hors norme, déjà je n’avais pas le physique attendu (je l’ai toujours pas et c’est très bien comme ça), je n’aimais pas la musique à la mode, je n’étais pas la blonde décolorée aux cheveux longs. Du coup j’ai fait en sorte d’être encore plus différente, qu’on ne puisse pas me confondre avec les autres filles, j’étais l’originale du groupe et j’aimais ça, mais les questions étaient toujours là.

Puis j’ai rencontrée Aurore, une amie de mon amie d’enfance et on parlait pas mal ensemble. Un jour dans la conversation, elle m’a dit je suis bi, elle m’a expliquée qu’elle aimait les garçons et les filles… L’explosion dans ma tête, la lumière qui s’allume, tout est balayé d’un coup les problèmes, les questions, les angoisses, j’étais enfin quelque chose. Je suis Bisexuelle.

Du coup rencontre avec d’autre gens Queer, bi, lesbiennes, gay… Coming Out aux amis, aux parents et la vie qui continue plus sereinement.

Puis une autre fille entre dans ma vie, Mina, qui est arrivée en disant je suis pansexuelle, du coup on en a parlées. Ça m’a fait beaucoup réfléchir sur ma sexualité encore, je me suis posée pas mal de questions et ma conclusion a était de dire que moi aussi je suis Pan. Je ne vois aucune différence entre tous les genres, une personne m’attire physiquement pas parce qu’elle est un homme, une femme ou trans, elle m’attire pour autre chose.

Puis avec le temps, je me suis renseignée sur les sexualités, les genres, parce que je suis pansexuelle et j’insiste sur le « sexuelle », mais me voir en couple avec un homme ça sonne un peu faut dans ma tête. Je ne vois pas les personnes du genre masculin comme des potentiels partenaires amoureux. Alors nouvelle période de questionnement mais cette fois j’avais Rubi et Mina un couple d’amies, qui m’ont fait parler, poser des questions. Pour enfin comprendre que je ne tombe amoureuse que des femmes.

Maintenant à 25 ans, après quelques années de recherche, beaucoup de rencontres. Je suis fière et heureuse de dire je suis Pansexuelle Homoromantique.

J’espère que ma petite histoire vous aidera d’une manière ou du notre. Je vous embrasse (en tout bien tout honneur)

-Fanny

La pansexualité homoromantique désigne une personne sexuellement, physiquement attirée par une personne de même sexe ou de sexe opposé mais capable de ressentir des sentiments amoureux uniquement pour une personne de même sexe.

2+

Tu as aimé cet article ?


Partage-le afin qu'il puisse peut-être toucher une autre personne