Ma première fois : l’avant, l’après, pensées

Passé l’enfance nos hormones arrivent au grand galop.  Impétueuses, bornées, sans une once de savoir-vivre. Te souviens-tu ? Quête d’amour. Quête de sens. De l’être aimé. Aboutissant à cette première fois. Lorsque tes yeux se sont délicatement posés sur lui. Sur elle, peut-être.

La route fût longue. Rendez-vous, amourette, cœur brisé… Rendez-vous, amourette, cœur brisé… tu connais la chanson. Mais lors de cette fameuse matinée tout changea. Elle fût là. Devant toi… Ton âme sœur. Vibrant à la même fréquence que la tienne. Illuminée de cette enveloppe charnelle autissée maladroitement par ton regard. Petit cœur tendre. Tu le sais. C’est elle. TA première fois.

Enfantillages ou contes de fée ?

Ah ah ! Trêve de plaisanteries. C’est pourri tout ça. Tu croyais vraiment que j’allais jouer du violon ? Enfantillages ou contes de fée ? Nan je ne suis pas une de ces meufs qui vont se laisser berner par l’Amour. Romantique pas débile ok ? J’aime l’action, les frissons et les rebondissements.

#justJoking

N’en déplaise à toutes celles et ceux qui sont restés avec la même personne depuis leur 16 ans. Avec leur première fois. Un partenaire formidable qui ne cesse de les accompagner encore et toujours au grès de cette douce mélancolie qu’est… la vie.

Seulement soyons honnêtes… Si nous êtions amenés à comparer deux styles de vie par le biais de deux personnages fictifs et de ce qu’ils incarnent… Lara Croft est bien plus sexy que Cendrillon nahn ?

Entreprendre plutôt qu’attendre

Attention, ne t’y trompes pas. Je n’ai jamais dit que je ne croyais pas au grand amour. OH que oui j’y crois. Il est peut-être là derrière le petit grillage qui sépare mon jardin de celui du voisin. Ou encore bien lotis en Angleterre attendant mon retour au pays. Peut-être même que c’est toi derrière ton écran OH MY GOD !

Si c’est toi, fais-moi signe au passage. Petite carte postale, tout ça, tout ça et apposes ton parafe.

Bref. Pour te dire qu’à 18 ans, attendre la princesse charmante ne m’enchantais pas vraiment. Attendre ne m’enchantais pas. Loin de moi l’envie de « sauter » sur la première venue, non. J’envisageais plus de ne pas mettre de barrière à mes désirs sexuels. Sous quels prétextes ? Que je ne l’avais pas encore fait ? Sérieusement…

Après avoir entendu de la bouche de ton entourage que de toute façon c’était à chié ou pas ouf. Dis-moi ce que j’aurais dû attendre exactement ?

À quoi ça sert d’attendre ? Tu es constamment inquiète sur le sujet. Tu te crées des films. Et la seule et unique chose dont tu es sûr est que tu n’as absolument aucune idée de comment cela va se dérouler. En effet mis à part si ta curiosité t’as poussé à aller faire quelques virées sur youporn. Tu n’as tout de même AUCUNE idée de comment procéder, si tu vas souffrir le martyre ou être un coup tellement pourri pour l’autre qu’il/elle sera déçu.

J’en vois déjà quelqu’unes sourire.

Une réalité plus excitante

Selon une pensée commune. Il est plus appréciable de se préserver. Préserver son corps. Préserver ce privilège en l’offrant à la bonne personne. Inaugurer le vrai amour d’un élan de pureté charnel. Et avec de la chance, une première expérience partagée.

Pour ma part. Au lieu d’attendre le grand A comme si c’était la loterie, j’étais décidée à me préparer. Me préparer à prendre du niveau. Pour qu’à son arrivé, je puisse être à la hauteur. Et offrir le meilleur de moi-même.

Qu’est ce qui fait qu’une bonne mécanicienne est une bonne mécanicienne ? L’expérience ! Qu’est ce qui fait qu’un médecin excelle dans son domaine ? La pratique !

Dans ma tête c’était logique : « On va prendre de l’expérience pour exceller le jour J ». Vas-y je t’autorise à rigoler.

En attendant je suis fière de moi. Entreprendre plutôt qu’attendre. J’ai gagné en assurance mais également en capacité à offrir celle-ci. Et pour ma défense je préfère ce scénario plutôt qu’à avoir passé mes soirées sur youporn par dépit pendant quelques années.

Ma première fois.

Nan je ne mate pas de porno. Même pas quand j’étais en quête d’infos. J’allais à la place directement questionner mes amies (les pauvres ah ah). Mes amies lesbos. Toutes footballeuses évidemment. Forcément. Il fallait bien valider un stéréotype. Puis 1 an plus tard… Ma première fois.

Il était tard.

J’entre. Me faufile tout doucement. Explorant d’un regard les lieux, animé par ma curiosité. Le crépuscule me laisse à peine discerner les détails de la pièce. Une seconde s’étouffe. L’espace se transfome. Les gestes se laissent deviner. Elle se rapproche. Pas à pas. L’ombre de lune illuminant la verte dorure de sa pupille. Une porte se clôt. Nos regards se croisent. Nos pensées se confondent. Et avant même que son arrogante aisance m’intimide et prenne le dessus…

On s’est embrassé.

Les doutes se sont éteints. Nos mains se sont jointes. Tout s’est enchaîné. Baisé après baisé. Caresse après caresse. Je ne me rappelle pas de tous les détails. Charmante, le regard pénétrant. Un peu plus âgée que moi. Cela me confortait. Elle savait. Je me contentais de suivre son rythme. Un premier temps. Obéir. S’offrir. Ressentir pour prendre en main un peu plus le déroulement des choses. Reproduire. Écouter. Tester.

Le mot de la fin

J’ai apprécié l’instant. Vraiment apprécié. Ce n’était pas extraordinaire. Pas comme les scènes de films veulent nous le faire croire. Jusque là, pas de surprise. Et en y réfléchissant bien… je crois qu’il a fallu à mon corps un certain temps « d’accoutumance » avant de pouvoir profiter pleinement. Peut-être était-il question de timidité. Je ne sais pas. J’ai dailleurs lu récemment que les sensations prenaient plus d’ampleur avec la pratique. Mais cela n’engage que moi.

Notre histoire n’a pas duré. Des chemins différents, des volontés différentes, des amours différents… trop de différences. Je gardais un peu de distance. Avec mon jeune âge, je savais qu’il me restait beaucoup à apprendre. À découvrir et que l’amour n’est pas souvent qu’une question de volonté. Néanmoins, encore aujourd’hui je ressens une grande satisfaction d’avoir partagé cela avec elle et non pas une autre. Je la respectais et l’appréciais énormément. Honnête, douce, attentionnée. Tout un tas d’adorable qualités. Je savais qu’elle ne jouerait pas. Et pour moi c’était le plus important.

Un petit message pour toi si tu venais à lire cet article un jour. Merci.

0

Tu as aimé cet article ?


Partage-le afin qu'il puisse peut-être toucher une autre personne

Hey ! Je m'appelle Eva, j'ai 22 ans et suis originaire d'une petite ville en bourgogne. J'aime voyager et découvrir des cultures qui me sont inconnues afin d'alimenter la mienne ainsi que ma capacité d'analyse. À travers Life Like a Lesbian, je souhaiterai pouvoir faire passer des messages. M'exprimer et partager avec celles et ceux qui voudront bien écouter ou encore aider et renseigner celles et ceux qui souhaiteront s'informer. Je suis à une période de ma vie où le doute ne me ronge pas et où le regard d'autrui m'importe peu. Mes écris et vidéos se fondent sur ma vie, celles de mes ami(e)s et des nombreuses rencontres que j'ai pu croiser et continuerais à rencontrer tout au cours de mon chemin.