S’accepter en tant qu’homosexuel

Il est parfois très difficile, de s’accepter en tant qu’homosexuel. Je fais partie de ceux qui pensent, que l’homosexualité est présente depuis la naissance, et que par conséquent : « on ne devient pas homosexuel ». Parfois, il faut un peu de temps, voir quelques années, pour s’en rendre compte. Moi, il m’a fallu un certain temps, pour accepter qui j’étais…

S’accepter en tant qu’homosexuel

Dans ma tête, c’était très compliqué, cela ne me dérangeait pas chez les autres, mais, je ne voulais absolument pas que ça me « tombe dessus… ». Pour être honnête, je m’étais déjà posé des questions sur mon orientation et surtout, sur mon comportement envers les femmes. Par exemple, la façon de les regarder ou quand elles étaient proches de moi, ce que cela pouvait me provoquer à l’intérieur… Ceci étant, j’ai quand même eu plusieurs copains, que j’appréciais, mais que je n’ai jamais eu envie de regarder. Dailleurs je n’en voyais pas l’intérêt, puis surtout cela ne me procurais aucun plaisir, quel qu’il soit.

Et un jour, l’amour :

Et puis un jour, (première année de lycée) j’ai appris qu’une fille de ma classe, était amoureuse de moi. Très gênée, mais à la fois flattée, j’ai décidé de me mettre en couple avec. Sans être trop amoureuse et sans même accepté la situation. Mais pourquoi ne pas essayé, étant donné que j’avais des doutes ? J’étais bien sortie avec des hommes sans en être amoureuse, alors pourquoi pas une femme…

J’étais bien sortie avec des hommes sans en être amoureuse, alors pourquoi pas une femme…

Une semaine passa et je sentais bien que j’avais beaucoup de mal. Le regard des autres en particulier, me mit très mal à l’aise. Je lui annonca alors que je souhaitais que l’on se sépare. Mais les jours qui ont suivies, je remarqua que mon regard était quand même souvent tourné vers elle pendant les cours et que j’aimais bien  passer du temps avec…( la fille qui ne sait pas ce qu’elle veut ).

Alors, deux choix s’offraient à moi :

  • Me remettre avec et faire abstraction du reste
  • Ou rester sans rien faire, ne rien tenter et passer à coté de quelque chose.

Évidemment, j’ai choisi la première option. Et c’est à ce moment là, que j’ai vécu pleinement les choses. Je me sentais protégée et quelque part puissante, d’avoir fait ce choix.

Ce que je veux vous faire comprendre, c’est que si vous avez peur, ou que vous vous posez des questions, sachez que vous n’êtes pas tout seul. Nous sommes beaucoup dans ce cas là. Il faut parfois savoir vaincre ses peurs, pour avancer.

Il faut parfois vaincre ses peurs, pour avancer.

1+

Tu as aimé cet article ?


Partage-le afin qu'il puisse peut-être toucher une autre personne